...Issu des ultimes générations venues à l’art construit, Fabrice Ainaut développe à sa façon les avancées de cette expression physique aux multiples combinatoires, dont il a su tirer les dispositifs et les effets les plus pénétrants,

qui déroutent les codes de perception attachés à l’inertie de l’image. D’abord passé par les instances de l’orthodoxie géométrique dans le sillage d’Arden Quin, qui préconisait le procédé du tableau transformable, il gagne peu à peu son autonomie, s’intéresse à l’art africain, se passionne pour les systèmes sériels et se tourne vers le mouvement et son inscription dans l’espace, au plus prés des innovations du monde actuel...

 

 

... Voilà une démarche truffée d’idées et de perspectives en phase avec notre aujourd’hui.
En somme, l’œuvre à la fois inquiète et cohérente de Fabrice Ainaut, donne plus que des
promesses. Elle est prête pour demain. ...

Gérard Xuriguera

Paris, Juin 2016

L’œuvre d’Ainaut, faite dans la lignée des données Madi, est d’une grande originalité, harmonieuse et réalisée avec une rigueur extrême.

Que Ainaut continue ses recherches et fasse de son art le but de sa vie.

Il possède tous les éléments nécessaires pour l’accomplissement de cela.

Carmelo Arden Quin

Paris, Janvier 2010

 
Grâce à des volumes complexes où la droite et le plan ont une fonction essentielle, Fabrice Ainaut parvient à trouver des voies nouvelles qui donnent à l’ombre et à la lumière l’espace nécessaire pour qu’elles puissent se livrer à leurs affrontements dans une dialectique toujours imprévisible.
Amoureux du noir et du blanc, pour ce qui concerne les couleurs, l’artiste porte une extrême attention à l’invention de contrastes qu’il cherche à rendre toujours plus différents, plus instables et fugitifs.
L’idée maîtresse que poursuit Fabrice Ainaut, idée presque utopique, mais à laquelle il a raison de tenir, car l’avenir est ouvert, est d’arriver à insuffler la vie à ses œuvres. Aussi s’oriente-t-il vers une robotique particulière qui le conduit à développer une autonomie de l’interaction entre les mouvements de l’œuvre et la simple présence devant celle-ci  de son spectateur, l’artiste restant ici celui qui contrôle les modalités de cette autonomie.
De là viennent les recherches de l’artiste pour rendre plus performant  l’usage fréquent qu’il fait de l’ordinateur et des microcontrôleurs, afin de mieux programmer les montages complexes de mouvements qu’il inscrit dans les différentes pièces qui composent ses œuvres.
Fabrice Ainaut a un idéal, et cet idéal est de parvenir à construire des œuvres qui auraient en elles une véritable intelligence, cette intelligence qui leurs donnerait le moyen de s’auto-transformer.

 Fernand.H.Fournier

 Paris, Janvier 2013

Né en 1982 à Tarbes.

Vit et travaille à Savigny sur Orge.

 

1994-95, Ecole supérieure d’art de Tarbes.

1998-2006, Toutenkalbas

2005-2010, Atelier Carmelo Arden Quin.

2011 à ce jour, Atelier Julio Le Parc.

Membre du groupe Art Construit International ( A.C.I )

Membre du comité du Salon des Réalités Nouvelles.

Représenté par :    Galerie La Ligne, Zurich, Suisse.

                             Atelier-Editions Fanal, Basel, Suisse.

                             Galerie Závodný, Mikulov,Tchéquie.

                             Viktoria's Gallery, Bratislava, Slovaquie.

 

Expositions personnelles :

-2019, Viktoria's Gallery, Slovaquie.

-2018, Galerie Zavodny, République Tchèque.

-2018, Été Concret, Institut Français de Bratislava, Slovaquie.

-2018, Galerie La Ligne, Zurich.
-2016, Galerie 55bellechasse, Paris.

-2010, Galerie Akié Arichi, Paris.

 

Expositions collectives :

-2019, Galerie Renate Kammer, "Cinétique II", Hambourg, Allemagne.

-2019, Super Madi Exhibition, Saxon Art Gallery, Budapest, Hongrie.

-2019, Espace Atelier-Editions Fanal, "Cinétique II", Bâle, Suisse.

-2019, A.C.I, Château des Tourelles, Le Plessis-Trévise, France.

-2018, Galerie Abstract Project, "Cinétique II", Paris.

-2018, A.C.I, IKKP, Kunsthaus Rehau, Allemagne.

-2017, A.C.I, Centro Cultural Mario Monreal, Valence, Espagne.

-2017, Espace Atelier-Editions Fanal, "Nouvelles Editions", Bâle, Suisse.

-2017, Galerie Roy Sfeir, "Autour de Gérard Xuriguera", Paris.

-2016, 'Light - Motion - Space', Galerie La Ligne, Zurich.

-2016, "RN DATAs", Galerie Abstract Project, Paris.

-2016, Galerie 55Bellechasse’s, Belle-Night 1, Miami.

-2016, A.C.I, Collège Officiel des Architectes de Grenade, Espagne.

-2015, Musée en Herbe "Tombol'Art", Paris.

-2015, Galerie à L’Écu de France,"Couleurs et illusions", Viroflay.

-2015, Bleu, Blanc, Noir, A.C.I., Paris.

-2014, Monochromes, A.C.I., Paris.

-2014, Galerie NMariño, Sculptures Grands et jeunes", Paris.

-2013, Portes Ouvertes De Cachan.

-2013, Musée en Herbe "Made in light", Paris.

-2013, Galerie Grand E’terna, "Abstraction Contemporaine", Paris.

-2012, Portes Ouvertes De Cachan.

-2012, Galerie Grand E’terna, "Les artistes des Réalités Nouvelles", Paris.

-2011, Galerie NMariño, "Art Construit", Paris.

-2011, Galerie Grand E’terna, "Les artistes des Réalités Nouvelles", Paris.

-2010, Galerie NMariño, Paris.

-2010, Galerie Lavignes Bastille, Paris.

-2008, Galerie NMariño, Paris.

Foires,Salons :

 

-Art Basel Art Fair, Atelier-Editions Fanal, Bâle, Suisse, depuis 2017.

-Art Paris Art Fair, Galerie La Ligne, depuis 2017.

-Salon des Réalités Nouvelles, Paris, depuis 2011.

-ST’ART, Strasbourg, de 2014 à 2015.

-ART’UP, Lille, 2015.

-Salon Comparaisons, Grand Palais, Paris, de 2011 à 2017.

Collections Publiques :

-The Dentsu Aegis Network Collection Toronto.

- Mobile MADI Fondation, Budapest.

Prix :

Fondation Taylor, Salon des Réalités Nouvelles 2019.

Fabrice Ainaut